robec moulin drapière rouen seine normandie tourisme france
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Zoom sur > La balade du Robec 
 

Quand Rouen et ses vallées proches formaient l’un des grands pôles textiles de France, les roues à aubes des usines et moulins labouraient le Robec…

Les aubes se sont immobilisées au XIXe siècle et la nature a doucement repris ses droits. La « rivière industrielle » est redevenue un ruisseau champêtre où les Rouennais aiment se balader en famille.


Une douce mélancolie saisit le promeneur. Le Robec murmure au pied des arbres en tonnelles. Le voile végétal s’ouvre et laisse passer… Dès la rue des Petites-eaux-du-Robec, le promeneur est enveloppé dans un monde romantique ; mille lumières perforent les feuillages et semblent jouer les faunes sur les visages apaisés. Et c’est ainsi sur les deux kilomètres de verdure qui mènent à la limite de Darnétal, près de l’école d’architecture. Le Robec est un enchantement. Suivez le guide…


Vallée préservée.

Cette magie tient à l’histoire même du ruisseau. Totalement modelé par la main industrieuse de l’homme, le cours d’eau n’a cependant jamais totalement échappé à la nature. Il est un exemple parfait de ce qu’on appelle aujourd’hui le « développement durable». 

Avant l’industrialisation, la vallée était peu peuplée, on y vivait dans des « chartreuses », qui, lorsqu’elles ne désignent pas un couvent, sont ces petites maisons campagnardes isolées, à l’image de celle située près du Moulin de Pannevert…

Plus tard, avec ses voisines Aubette et Clérette, la rivière la joué un rôle majeur dans l’industrialisation de Rouen. Jusqu’à la systématisation de la machine à vapeur pour faire « tourner » les usines, les petites rivières fournissaient l’énergie nécessaire à leur fonctionnement. Les eaux servaient également à irriguer vergers et maraîchages. Aussi, anciens tissages, teintureries, meuneries s’égrènent-elles le long du cours d’eau…


Martin-pêcheur.

Le développement des machines à vapeur a eu raison de ces installations industrielles. L’arrêt des usines a tout simplement permis à la faune et à la flore de reprendre du terrain… Le martin-pêcheur est l’un des pensionnaires du Robec. Les plus chanceux des promeneurs du Robec pourront observer ce redoutable prédateur d’insectes et de petits poissons. Son vol est acrobatique et il file à fleur d’eau… Il peut voler sur place, il est farouche et assez remuant… Ainsi faut-il faire preuve d’un regard perçant et d’une ouïe exercée pour le repérer. Car malgré son plumage bleu, il sait se faire invisible…



Auteur : Stéphane Nappez

"Rouen vallée de Seine Normandie - Le magazine 2008"

 

 
rouen seine normandie office de tourisme france voyage

 
Excellence et mains d'exception

Délice des bénédictines

robec rouen seine normandie tourisme normandie vis
robec rouen seine normandie ville visite visiter
 
Pause
 
haut de page rouen seine normandie france 76
 
© 2010 rouentourisme.com - Tous droits réservés - Mentions légales - Création site internet & Référencement : agence web rouen