Les bureaux et points d’information touristique

Rouen
25, place de la Cathédrale
CS 30666 76008 Rouen
Tél : +33(0)2 32 08 32 40
Bureau de change : +33(0)2 35 89 48 60
Email : accueil@rouentourisme.com

Elbeuf
7 cours Gambetta
76500 Elbeuf
Tél : + 33(0)2 32 96 30 40
Email : lafabrique@metropole-rouen-normandie.fr

Jumièges
Rue Guillaume le Conquérant
76480 Jumièges
Tél : + 33 (0)2 35 37 28 97
Email : jumieges@rouentourisme.com

Duclair
Mairie
Place du Général de Gaulle
76 480 Duclair
Tél : + 33(0)2 35 05 91 50

En savoir plus sur les horaires d'ouverture

Slide Specialites Normandes

10 spécialités normandes
à déguster

Venir en Normandie, c’est admirer les falaises d’Etretat, les maisons à pans de bois à Rouen, découvrir les plages du débarquement ou encore le Mont-Saint-Michel.  Cela ne se résume pas à en prendre plein les yeux, séjourner en Normandie c’est aussi ravir ses papilles en dégustant les nombreuses spécialités normandes. Bon appétit !

Le Camembert et
les fromages AOC

Parler de la Normandie, c’est très souvent faire référence à ses spécialités culinaires et notamment ses fromages. Le plus emblématique est très certainement le Camembert mais il existe également trois autres fromages avec une appellation d’origine contrôlée.

Le Livarot, le Neufchâtel et le Pont-l’Evêque sont trois fromages qui font aussi partie des spécialités normandes à déguster. Ces gourmandises salées sont de véritables produits locaux incontournables sur les tables normandes.

A la base de nombreuses recettes de cuisine normande, ces trois fromages peuvent bien évidemment se goûter avec un simple morceau de pain.  N’hésitez pas à découvrir ces spécialités auprès d’un producteur sur l’un des marchés normands ou chez un fromager local.

Escalope
normande

Émincez quelques champignons, faites fondre une noix de beurre dans une poêle et saisissez-y les escalopes puis terminez par y ajouter crème fraîche, moutarde et vin blanc… quel délice.

Les escalopes normandes sont une spécialité normande à savourer dans un restaurant ou une table d’hôtes.

De dinde, de poulet ou de veau, les escalopes de viande sont un plat traditionnel normand mêlant plusieurs produits du terroir incontournables de la région. Cette alliance savoureuse des savoir-faire artisanaux de fermiers et producteurs locaux prouve la richesse culinaire de la région.

Le Calvados,
un spiritueux normand

Apparue après la Révolution française, cette eau-de-vie du département du Calvados, rapidement appelée « Calvados », est devenue populaire à Paris. La Calvados englobe toutes les eaux-de-vie de cidre venant de Normandie.

Aujourd’hui, le terme « Calvados » est une appellation d’origine contrôlée.  Les arômes subtils de la pomme sont concentrés dans cette boisson aujourd’hui appréciée comme digestif.

Les méthodes de vieillissement permettent de donner des couleurs ambrées très différentes. Profitez de votre séjour en Normandie pour découvrir un des nombreux domaines produisant du Calvados.

La Teurgoule
traditionnelle

La teurgoule, « se tordre la goule, la tête » en Normand,  provient du fait qu’elle se mangeait encore chaude ou grâce à son goût de cannelle, épice alors inconnue, qui détonnait dans le palais des normands.

Voici une spécialité sucrée qui vous fera découvrir la Normandie autrement. Faite de riz, de lait entier, de sucre et d’une touche de cannelle, ce dessert est aussi simple à préparer que bon à déguster. Avec des produits de qualité comme ingrédients, impossible de rater la préparation d’une teurgoule.  Ce plat remet au goût du jour la cuisine traditionnelle.

Généreux, ce dessert est souvent servi dans un grand plat (terrine ou jatte à bec) pour être partagé en famille ou entre amis.  Cette spécialité culinaire normande peut être servie accompagnée de brioche et de cidre.

Tripes à la mode
de Caen

Cette recette remonte au 11ème siècle et plus précisément à l’époque de Guillaume le Conquérant. En effet, celui-ci était très friand de ce plat riche qui aurait été créé dans les cuisines de l’Abbaye aux Hommes de Caen par son cuisinier.

Préparé dans un récipient en terre, appelé la tripière, ce plat est très consistant et savoureux. Il devient rapidement populaire. Dès le 13ème siècle, des confréries de tripiers se développent et même Rabelais l’évoque dans son roman « Gargantua ».

Rustique, cette recette est remise à l’honneur au 19ème siècle, vantant le patrimoine gastronomique de la région.  Aujourd’hui encore, les Tripes à la mode de Caen se savourent toujours avec la même gourmandise. Se trouvant au rayon des produits frais de nombreux établissement de la grande distribution ou sur les étals d’épicerie, les tripes à la mode de Caen saura surprendre les plus gourmands par ses saveurs aromatiques bien normandes.

Le cidre
de Normandie

Célèbre breuvage normand, cette boisson alcoolisée est fabriquée par fermentation du jus des pommes. En Normandie, il existe une appellation d’origine contrôlée : A.O.C. Pays d’Auge.

Le cidre est très présent sur les tables normandes. Preuve de l’intérêt des normands pour cette boisson, Gustave Flaubert disait « Normands, tous que nous sommes, nous avons du cidre dans nos veines ».

Cousin du cidre, vous pourrez également déguster le Poiré. Cet alcool reprend la même procédure de fabrication mais avec des poires comme matière première.

La confiture
de lait

Savoureux mélange de lait de ferme et de sucre, la confiture de lait est originaire de Normandie.  Au naturel, elle a un goût de caramel mais elle peut être aromatisée à la vanille, la noisette ou même à la noix de coco. Ces produits régionaux sucrés se retrouvent sur les étals des épiceries fines.

A déguster comme une pâte à tartiner ou bien comme ingrédient dans des recettes de dessert, la confiture de lait , très semblable au « dulce leche » adoré en Amérique du sud, s’est fait une place sur les tables des meilleurs restaurants gastronomiques français.

L’omelette de
la mère Poulard

L’histoire de la mère Poulard est connue dans le monde entier. Aussi célèbre que le Mont-Saint-Michel, l’omelette de la mère Poulard, c’est à la fois une spectacle pour les yeux et un régal pour les papilles.

Au delà de cette succulente et savoureuse omelette soufflée, c’est l’histoire de celle-ci qui en fait son charme.  En effet, c’est Annette Boutiaut, suivant en tant que  femme de ménage son patron Édouard Corroyer, architecte en chef des monuments historiques en charge de la restauration de l’abbaye au 19ème siècle qui est à l’origine de la recette.

Elle tombe amoureuse du boulanger du Mont-Saint-Michel et reprend très simplement la gestion d’un établissement.  Pour pouvoir servir des clients affamés arrivant à toute heure du jour et de la nuit en fonction des marées, elle décide de proposer un plat unique, simple et rapide : l’omelette.

Les touristes sont nombreux à s’arrêter regarder le spectacle en cuisine et à s’asseoir pour la déguster.

L’Andouille
de Vire

Issue d’un savoir-faire ancestral, la véritable andouille de Vire est l’un des fleurons de la gastronomie normande. Originaire de la ville de Vire, située entre Granville et Falaise,  cette spécialité de Normandie est une charcuterie à base de chaudin de porc.

Aujourd’hui, elle est aussi célèbre que le Camembert ou les tripes.  Véritable produit du terroir, l’Andouille de Vire peut se déguster seule ou accompagnée d’un assortiment de charcuterie. Il est vrai qu’elle peut s’apprécier simplement à l’apéritif ou dans des recettes salées comme en tartiflette, tarte tatin, aumônière,  à la crème ou même sur une pizza.

Le Trou
normand

Connaissez-vous le trou normand ? A l’origine, cette tradition normande consistait à « faire son trou » pour continuer à manger en sirotant un verre d’eau-de-vie. Celle-ci a été remplacée par du Calvados.

Au 19ème siècle, le Trou normand trouve vraiment sa place lors des repas.  Souvent servi avec une boule de glace à la pomme et du Calvados, il est encore présent à la table de nombreux restaurants. Le Calvados peut être remplacé par une autre liqueur comme la Bénédictine par exemple.

Cette coutume normande a même été immortalisée au cinéma dans  une scène mémorable de « La zizanie », réalisée par Claude Zidi, dans laquelle Louis de Funès joue le rôle d’un industriel français expliquant de façon grotesque à ses convives japonais cette fameuse tradition régionale.